Textes

Love revolution par Satish Kumar

« Les paysages extérieurs et les paysages intérieurs sont deux aspects d’une même réalité. »

Rencontré en France à l’automne 2019, Satish Kumar nous a fait le plaisir de nous transmettre un texte très inspirant pour nourrir les aspirations et les actions de notre centre d’études sur le Care. Love revolution est une ode à la résistance non violente permettant de prendre soin de notre Terre.

 

Manifeste du Care par Luigina Mortari

« Etre-là avec soin, c’est chercher l’irrenonçable, pensant avec le cœur et agissant avec mesure au moment juste et avec une simplicité essentielle. »

Lors du colloque TeP Care de 2018 à Montpellier, Luigina Mortari, Professeure des Universités en Sciences de l’éducation à l’Université de Vérone (Italie), a présenté un « Manifeste du Care« , un texte concis et essentiel mettant en évidence avec force l’intérêt et la portée du Care pour chacun d’entre nous.

Du Care par Joan Tronto

Tronto, J. (2008). Du care. Revue du MAUSS, 32(2), 243-265. doi:10.3917/rdm.032.0243.

Résumé: En dépit d’une littérature abondante, savons-nous véritablement ce qu’est le care ? Dans cet extrait de son célèbre ouvrage Moral Boundaries, l’auteure le définit à la fois comme un système de dispositions bienveillantes et comme une pratique concrète. Si le care implique de déterminer qui doit prendre soin de quoi et ce que signifie une telle responsabilité, est-il nécessairement limité à nos relations les plus intimes ? Pourquoi cette dimension fondamentale de la vie humaine a-t-elle été placée hors du domaine de la raison, confinée dans la sphère privée, cette sphère où les femmes et l’ensemble des personnes dépourvues de pouvoir ont été reléguées ? L’auteure répond à ces interrogations en développant une double argumentation : critique, d’une part, en pointant les effets négatifs du tracé dominant des frontières morales ; constructive, d’autre part, en développant une éthique du care visant à corriger et à redessiner ces frontières.

Care, environnement et éthique globale par Sandra Laugier

Laugier, S. (2015). Care, environnement et éthique globale. Cahiers du Genre, 59(2), 127-152. doi:10.3917/cdge.059.0127.

Cet article vise à mettre en évidence la puissance transformatrice des éthiques féministes du care pour les questions environnementales, et réciproquement, à montrer comment la question environnementale est le lieu présent de redéfinition des enjeux du care. En valorisant des caractéristiques morales identifiées comme féminines — l’attention, le souci des autres — l’éthique du care a contribué à placer la vulnérabilité au cœur de la morale, mais a aussi déplacé et élargi son champ. Ce que le care peut nous apprendre sur la question environnementale, c’est que le développement de nos sociétés riches occidentales n’a été possible que par leur dépendance par rapport à une nature, à des ressources — des animaux et des humains. La crise climatique est l’occasion de repenser l’idée de développement durable à partir du care.

Carol Gilligan sur le Care (entretien avec S. Laugier et P. Paperman)

Gilligan, C. (2009). Le care, éthique féminine ou éthique féministe ?. Multitudes, 37-38(2), 76-78. doi:10.3917/mult.037.0076.

Dans cet entretien inédit, Carol Gilligan revient sur les enjeux de son livre Une voix différente, republié en France en 2008. Son projet était de faire entendre la voix morale des femmes, ce qui pouvait faire émerger aussi une voix étouffée des hommes. Si l’éthique du care en soi n’est pas féminine, mais relève de préoccupations humaines, elle ne peut devenir l’éthique de tous qu’au prix d’une critique féministe pour libérer la démocratie des dichotomies et des hiérarchies du genre. Le patriarcat demeure ainsi un concept politique-clé dans la lutte contre les inégalités.

L’éthique du care: une nouvelle façon de prendre soin par Agata Zielinski

Zielinski, A. (2010). L’éthique du care: Une nouvelle façon de prendre soin. Études, tome 413(12), 631-641. doi:10.3917/etu.4136.0631.

La notion de care a surgi sur la place publique en France suite à une déclaration de Martine Aubry : « Il faut passer d’une société individualiste à une société du care, selon le mot anglais que l’on peut traduire par “le soin mutuel” ». Le care, qui a déjà une histoire riche dans le monde anglo-saxon, semble une idée neuve en Europe.