Projet Econarrative

Projet international de recherche-action-participative

La narration comme facteur de résilience et de sollicitude face aux crises environnementales et sanitaires

Appel à projets MSH-SUD 2020+

(Projet de recherche financé par MSH SUD)

Porteurs de projet: Angela Biancofiore, Professeure en études italiennes, ReSO, UPVM & Clément Barniaudy, Maître de conférences en géographie, LIRDEF, UM

RÉSUMÉ DU PROJET

Le projet Econarrative entend questionner le rôle de la narration comme facteur de résilience et de sollicitude dans le contexte actuel des crises sanitaires et environnementales.

Concrètement, ce projet international de recherche-action repose sur des ateliers d’écriture menés par une équipe d’enseignants et d’enseignants chercheurs auprès d’élèves et étudiants suivant leurs études dans différents lieux de formation en France, Italie, Tunisie, Chili et Suède. Ces ateliers ont pour but de faire émerger, par la mise en récit, ce que la pandémie, le confinement et plus largement les crises environnementales et sanitaires suscitent chez les jeunes, afin d’accueillir cette expérience, de comprendre ses causes et de générer un engagement vers une éthique du care (soit une éthique de l’attention et de la sollicitude à l’égard de nous-mêmes, des autres et des écosystèmes vivants).

Mots clés : Narration, résilience, Anthropocène, éducation,  Littérature, écologie

DESCRIPTION DU PROJET

La pandémie de COVID-19 met en évidence les limites des modes de développement basés sur la trilogie productivisme / extractivisme / consumérisme et des ontologies dualistes (humain / non humain, nature / culture, sujet / objet) qui ont largement fragilisé l’équilibre des écosystèmes vivants dont nous sommes partie intégrante. Crise sanitaire et crise environnementale ne peuvent donc être pensées séparément. La souffrance physique générée par ces crises sanitaires et environnementales se double d’une souffrance psychique.

L’intensité de ces déséquilibres intérieurs et extérieurs nous pousse à changer de paradigme et à passer d’une ontologie dualiste à une ontologie relationnelle qui amène à reconnaître nos vulnérabilités ainsi que nos liens d’interdépendance avec les mondes-plus-qu’humain afin de reconsidérer nos relations à nous-mêmes et aux autres, humains comme non humains.

Les pratiques éconarratives peuvent ouvrir un espace propice pour recontacter la puissance de nos imaginaires et faire émerger de nouvelles façons de vivre ensemble et de « faire monde ». En centrant la narration autour des questions sanitaires et environnementales vécues par les participants, ce projet entend ainsi à la fois comprendre ce qui est éprouvé ici et maintenant, mais aussi comment on en est arrivé là et qu’est-ce que l’on peut entreprendre maintenant, individuellement et collectivement. En cela, la narration peut être considérée comme un vecteur d’encapacitation.

La problématique centrale du projet est la suivante :

En quoi les pratiques éconarratives nous permettent de transformer nos modes de perception et d’action face aux crises environnementales et sanitaires actuelles, afin de renforcer notre résilience et notre sollicitude à l’égard de nous-mêmes, des autres et des écosystèmes vivants?

CADRE THEORIQUE

Le questionnement autour du rôle des pratiques éconarratives s’ancre dans plusieurs champs de recherche interdisciplinaires qui ont émergé ces dernières décennies : 

– les humanités environnementales et en particulier l’écocritique qui analyse les récits produits par des écrivains et artistes dans le cadre de la relation entre humain et non humain et d’une éthique de la Terre

– les éthiques et philosophies du care qui valorisent la narration comme manière de « faire attention à » et « d’attirer l’attention sur » tout ce qui tisse nos mondes et soutient la vie.

– l’approche phénoménologique de l’expérience et la théorie de l’énaction (Varela) qui conçoit l’expérience d’un sujet comme étant toujours incarné et situé dans un milieu, et non comme un individu séparé d’un environnement qui lui serait extérieur et pré-donné. 

– Les humanités médicales et la médecine narrative qui entendent mieux prendre en compte le vécu des patients et des soignants, dans toutes les dimensions de leur être (sensible, affective, cognitive, existentielle et non pas seulement physiologique). 

– l’éducation socio-émotionnelle qui a pour ambition de développer les compétences permettant aux élèves d’identifier et de réguler leurs émotions, mais aussi des compétences sociales et relationnelles qui rendent les élèves capables d’écoute et d’empathie envers les autres, de résoudre des conflits et de coopérer au sein d’un groupe, ou encore de faire des choix responsables basés sur une éthique de la considération et de la sollicitude.

Intention et méthode de recherche

Le choix a été fait d’une méthode de recherche action participative.

Les lieux d’expérimentation ont eu lieu dans 5 pays différents (France, Tunisie, Chili, Italie, Suède:

Les expérimentations menées ont pour but d’approfondir la réflexion sur les dispositifs pédagogiques et didactiques à même d’accompagner les jeunes dans leur processus de subjectivation, et ce dans le contexte des crises environnementales et sanitaires actuelles.

De manière plus fondamentale, le projet de recherche entend participer à une réflexion de nature éthique, épistémologique et praxéologique sur les leviers et obstacles d’une éducation à l’ère de l’Anthropocène.

Partenaires participants

Projet international soutenu et financé par la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (dans le cadre de l’appel à projet MSH SUD 2020+)

  • Faculté d’Education – Université de Montpellier
  • Département d’Italien – Université Paul-Valéry Montpellier
  • Unité de recherche ReSO, UPVM
  • Unité de recherche LIRDEF, UM UPVM
  • CRI – Université de Paris
  • UDD Faculté de Médecine, Université de Santiago Chili
  • Département des Sciences de l’éducation, Université de Vérone, Italie
  • Lycée Français de Stockholm, Suède
  • Université La Manouba, Tunis (Tunisie)