Présentation Colloque Care Education Ecologie 2021 (en français)

Colloque international 

Éveiller le cœur, cultiver l’esprit:
Care, Éducation, Écologie

22-26 Novembre 2021

Site de Saint Charles, Université Paul-Valéry Montpellier

22-23 novembre (Présentation des travaux des élèves et des étudiants)

24-26 novembre 2021 (Travaux des chercheurs, enseignants, formateurs)

Ce colloque international invite les chercheurs, les enseignants, les soignants, les étudiants et toutes les personnes intéressées à partager leur expérience et leur vision à travers un dialogue ouvert sur le Care, l’éducation et l’écologie.

Dans une époque affectée par des changements rapides, au cœur d’une crise sanitaire et écologique, nous sommes conscients du fait que nous avons besoin de nouvelles formes de recherche et d’éducation afin de mettre en place des initiatives – locales et globales – qui protègent la vie des écosystèmes et des êtres qui les habitent. Les parcours d’éducation et de formation centrés sur le sujet apprenant et fondés sur une éthique écologique du care ont la capacité d’introduire de nouvelles visions du monde qui nous permettent de percevoir clairement la valeur de chaque être vivant sur la terre animée et l’importance des relations entre humains et non humains.

Il existe, en effet, plusieurs formes d’intelligence reliées à de multiples manières d’« être Terre ». Les plantes, les minéraux, les animaux et les humains appartiennent à un même monde vivant et interdépendant : pendant le colloque, nous allons explorer de nouvelles formes d’éducation fondées sur un Soi écologique – c’est-à-dire un Soi élargi, incluant l’ensemble des relations écosystémiques qui le constitue – dans le but d’abandonner l’idée de séparation entre humain et nature, corps et esprit, sujet et objet. Plusieurs courants de pensée émergents (écologie profonde, écosophie) nous invitent ainsi à dépasser la perspective étroite d’un sujet égocentré – pensé comme indépendant et séparé des autres – pour concevoir un Soi plus vaste, conscient de sa place réelle au sein de la trame de la vie.

En suivant cette vision non dualiste, il est possible de reconsidérer la place du care dans nos sociétés ; d’une part, l’attention et le soin jouent un rôle primordial dans le soutien et la préservation des conditions de vie sur Terre (Mortari, Laugier, Tronto) ; d’autre part, les éthiques du care nous amènent à ne pas opposer le care de soi et le care des autres. En d’autres termes, nous soutenons l’idée que c’est en explorant de nouvelles manières de comprendre ce qui nous habite (écologie intérieure) que nous pourrons faire émerger un monde plus juste (écologie sociale) et plus habitable par-delà les frontières entre les espèces (écologie environnementale). 

Les théories et pratiques du care peuvent ainsi contribuer significativement au développement d’une éducation transformative qui se traduit par de nouvelles manières d’agir et de percevoir au sein du vivant: cette perspective spécifique touche également, à travers le domaine éducatif, le domaine économique, la justice sociale, les discriminations culturelles et de genre. Le projet d’une telle éducation, contribuant de manière forte à une transformation de nos sociétés, considère la particularité des contextes locaux d’apprentissages. Cependant, à la base d’une éducation transformative, il est possible d’identifier un ensemble de valeurs communes, une sagesse ouverte et plurielle reliée à une éthique globale embrassant les différences culturelles. Nous pouvons ainsi définir un terrain commun sur lequel s’enracinent et se développent différentes formes d’éducation et de recherche, dans le cadre d’une société transculturelle.

Pendant le colloque, les participants pourront partager leurs savoirs, leurs pratiques et leurs expériences au sein de différents moments consacrés à des questions essentielles dans le domaine de la recherche, de l’éducation et de la formation :

Une éducation fondée sur le soin de soi et des autres

Prendre soin de soi pour prendre soin des autres : dans les métiers fondés sur l’interaction, la relation est fondamentale. L’éducation peut cultiver le bien-être de l’apprenant, du pédagogue-chercheur, du soignant.  En l’absence de soi il n’y a pas de relation; en absence de relation, il n’y a pas de soi, comme le souligne António Damásio. Ainsi émotions, corps et esprit sont indissociables et particulièrement dans ces métiers d’interactions. Construire une résilience est un objectif essentiel afin de prévenir les risques de burnout et de stress émotionnel. Grâce à de nouvelles pratiques d’attention, il est possible de développer la connaissance de soi et les compétences socio-émotionnelles.  

Une éducation du corps, du cœur et de l’esprit

Les parcours d’éducation et de formation peuvent offrir l’opportunité de développer la qualité de la présence par l’entraînement de l’attention à des niveaux différents : le sujet acquiert progressivement la capacité de passer d’une perception subtile de son intériorité à une perspective plus vaste de type systémique : le groupe, la société, la terre.

Afin de réaliser la présence attentive, nous avons besoin d’acquérir la capacité d’écouter l’autre et d’utiliser un langage à même de construire des relations sereines permettant de cultiver la joie et d’identifier, de réguler et d’exprimer différents types d’émotion. Des dispositifs comme celui de la communication non violente peuvent ainsi jouer un rôle essentiel dans la transformation de notre comportement par rapport à différentes formes de violence (dans les pensées, paroles ou actions) exercées contre nous-mêmes, les autres, les animaux, les plantes, la terre entière.

Selon l’approche énactiviste, il est essentiel d’aborder la relation corps-esprit : chaque processus d’apprentissage se déroule dans un écosystème spécifique, par conséquent, il est incarné et situé. En effet, le sujet s’inscrit constamment dans un cycle dynamique de perception et action, transformant et étant transformé par le monde. Aujourd’hui, les outils numériques et le nouveau contexte attentionnel nous obligent à repenser la place de la dimension sensible et affective dans les itinéraires de formation.  

Eduquer à un « monde-plus-qu’humain » 

Le langage humain est seulement l’une des formes de communication sur terre. L’éducation peut favoriser la prise de conscience d’une multiplicité de langages – la plupart du temps imperceptibles à nos yeux – qui sont inhérents à chaque espèce appartenant au monde animal et végétal. Cette nouvelle vision inclusive nous permet de dépasser les frontières du monde humain afin d’explorer le « monde-plus-qu’humain » (D. Abram), notamment à travers différentes pratiques d’éducation en plein air.

Au sein d’une éducation qui se situe à l’ère de l’Anthropocène, il est nécessaire d’établir un dialogue entre le niveau cognitif et émotionnel : de nombreuses recherches montrent l’importance des émotions au sein des processus d’apprentissage, jouant, parfois de manière subtile sur la motivation, la capacité d’assimiler et d’intégrer la connaissance ou encore sur le bien-être des personnes.

Pédagogie de projet, éducation co-créative

Une éducation fondée sur un projet relié aux collectivités locales renforce la confiance en soi de l’étudiant et consolide les relations au sein du groupe. Il s’agit de pratiques éducatives qui visent la mise en capacité d’agir (empowerment) et qui fournissent les instruments pour élargir les cercles du care ; plus concrètement, l’étudiant – l’élève ou la personne en formation –  est amené à élargir sa vision pour ensuite agir à l’intérieur du groupe et concevoir des initiatives selon une échelle de plus en plus vaste, au sein de la ville, de la société, de la planète…

L’une des questions abordées au sein des ateliers concerne le rôle fondamental de la créativité et de la coopération au sein du processus d’apprentissage : le colloque propose ainsi d’explorer différents dispositifs éducatifs qui permettent de co-construire le sens des apprentissages : en particulier, les pratiques engageant des savoirs manuels et corporels (le sport, les jeux, le jardinage, l’artisanat…) et les pratiques de la narration (littérature, cinéma, arts visuels, théâtre,…) qui permettent d’établir un dialogue avec les écosystèmes aujourd’hui fragilisés et d’inscrire le récit de soi dans un récit collectif porteur de sens, que ce soit dans le domaine de l’éducation ou de la santé (médecine narrative).  

La dimension créative ouvre ainsi un espace favorisant l’émergence de nouvelles visions du monde, afin d’imaginer des solutions innovantes et des comportements qui nous aident à bâtir une société qui protège la vie des écosystèmes et qui se fonde sur l’interdépendance de tous les êtres sensibles.

Comité d’organisation:

Juan Adroher, Doctorant et enseignant, Université Paul-Valéry Montpellier, ReSO.

Clément Barniaudy, MCF, Université de Montpellier, LIRDEF

Angela Biancofiore, Professeure des Universités, Université Paul-Valéry Montpellier, ReSO

Orane Bischoff, Ingénieure d’étude, doctorante, Institut Agro Florac, UM – LIRDEF

Cloé Brami, Médecin, doctorante et enseignante, CRI Paris – Université de Paris, LAPéA

Luigina Mortari, Professeure des Universités, Université de Vérone (Italie), CRED

François Taddéi, DR INSERM, directeur du CRI

Franck Zenasni, Professeur des Universités, Université de Paris – CRI, LAPéA

Contact: tepcare@gmail.com

Les inscriptions au colloque seront ouvertes à partir du mois de septembre 2021

Le colloque est prévu en format hybride (conférence et table ronde en présentiel et distantiel; ateliers en présentiel ou distantiel). Des informations complémentaires pourront être apportées au fur et à mesure de l’évolution de la situation sanitaire en France. 

Colloque organisée grâce au soutien des unités de recherche ReSO et LIRDEF, de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, de l’Université de Montpellier, du Centre de Recherche Interdisctiplinaire (CRI) – Université de Paris, de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier