Membres du centre Théories et pratiques du Care

 

Juan Adroher est doctorant en traductologie à l’Université d’Alicante et à l’Université Paul-Valery de Montpellier, où il enseigne depuis 2012 dans le département d’espagnol et de catalan.

Depuis 2017, il développe une thèse intitulée « La méditation comme outil pour le développement des compétences de l’interprète en formation », qui est le résultat de son expérience d’enseignant et de son souci personnel d’améliorer le système éducatif et de développer des stratégies complémentaires à l’apprentissage des langues étrangères et plus particulièrement dans le domaine de l’interprétation et l’oralité. En 2018, il a co-organisé les journées d’étude « Pratiques et représentations du savoir et du savant dans les sociétés des Suds » (LLACS, Université Paul Valery, Montpellier3 ) et en juillet 2019, il intègre le groupe de recherche interdisciplinaire « Théories et pratiques du care ».

 

Clément Barniaudy est Maître de conférences en géographie à l’Université de Montpellier et chercheur au LIRDEF.

Dans le cadre de ma thèse sur les relations entre les phénomènes éoliens et les sociétés en Méditerranée nord-occidentale (2016), je me suis intéressé aux manières de percevoir, de connaître et d’agir qui nous permettent d’inscrire les aménagements dans le tissu vécu des milieux habités alors que nos habitudes de saisie dualiste et de contrôle de l’environnement nous amènent bien souvent à greffer des formes d’action à ces milieux sans tenir compte de ce qui s’éprouve et de ce qui fait sens pour les sociétés qui y habitent ainsi que de nos relations aux mondes plus qu’humains (Barniaudy C., 2018, Aménager au gré des vents, Paris, Anthropos/Economica). Ces recherches m’ont amené à m’intéresser la notion de « Care » que j’envisage comme une éthique de l’attention et de la sollicitude nous aidant à repenser le rôle des gestes et des savoirs qui permettent de prendre soin de soi, des autres et de la Terre. Plus récemment, j’explore les pistes ouvertes en ce sens dans le domaine de l’éducation relative à l’environnement et aux territoires.

 

Sondes Ben Abdallah est docteure en Études romanes, spécialisée en littérature italienne, rattachée au laboratoire LLACS.

Dans ses recherches, elle aborde le rapport entre le féminisme et l’écologie dans la littérature. La philosophie du care est le noyau de son analyse écoféministe, écocritique et postcoloniale du roman italien contemporain. Elle est l’auteure de : «Écoféminisme et care : vers une décolonisation du féminisme» (Notos, 2015), « Réinscrire l’esthétique dans l’éthique: vers une philosophie écocritique de la littérature » (Implications philosophiques, 2018), et co-auteure de : Le dualisme Nord-Sud : anciennes et nouvelles questions en Italie et dans la Méditerranée (Franco Cesati, 2019).

 

Angela Biancofiore est Professeure en études italiennes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et membre du laboratoire LLACS.

Elle a publié plusieurs ouvrages et articles sur la littérature italienne et les arts. Ses recherches actuelles s’articulent autour de la création artistique et littéraire avec un regard particulier pour les relations entre écologie et littérature (écocritique) et les théories et pratiques du care. Elle a fondé en 2011 et co-dirige la revue web Notos. Espaces de la création: arts, écritures, utopies (open access). Au sein de l’équipe LLACS, elle a organisé  plusieurs rencontres, colloques et séminaires sur la littérature italienne contemporaine  et l’écologie qui ont abouti à la publication de l’ouvrage collectif   Soyons  le changement… Nouvelles tendances dans la littérature italienne contemporaine. Une anthologie  (Montpellier, Euromédia et Levant, 2016). Elle a également co-organisé le colloque international Théories et pratiques du Care en 2018 ainsi que le séminaire annuel sur le Care et les humanités environnementales en 2019-2020. Elle a coordonné de 2014 à 2020 plusieurs actions IDEFI sur la pédagogie innovante dans le cadre de l’éducation socio-émotionnelle.

 

Orane Bischoff est Ingénieure d’étude à l’Institut Agro sur le Campus de Florac en Lozère, et doctorante au sein du laboratoire LIRDEF.

Je fais des actions de formations, d’accompagnements et d’ingénieries pédagogiques sur les questions de l’éducation au développement durable et à la transition écologique. Après des études en biologie/ écologie, et des voyages en forêts tropicales, je me suis posée en Lozère pour accompagner des étudiants et des équipes pédagogiques sur les questions du «vivre ensemble », de l’écoformation et de l’écocitoyenneté. Je suis actuellement en doctorat, en sciences de l’éducation, au sein du laboratoire LIRDEF sur la question de l’émergence et du développement des compétences écopsychosociales.

 

Anne-Laure Bonvalot est Maîtresse de Conférences en littératures et cultures hispaniques à l’Université de Nîmes et chercheuse au LLACS – Université Montpellier 3.

Autrice de Fictions politiques. Esthétiques de l’engagement littéraire dans l’Espagne contemporaine (Paris, Classiques Garnier, 2019), ses travaux portent sur les formes actuelles de la littérature politique, les écritures mémorielles et les littératures de la crise, mais aussi sur la littérature environnementale, la fiction écologique, l’écocritique et l’écopoétique, en particulier dans les territoires du Sud global de langue espagnole, portugaise et française – Europe des Suds, Afrique, Amérique latine. Elle est aussi traductrice et autrice de fiction (Zèbres, Caen, Passage(s), 2020). Elle cherche à explorer dans ses travaux les liens entre écologie, écriture de fiction et (dé)colonialité.

 

Cloé Brami est Médecin oncologie, Doctorante au CRI (centre de recherche interdisciplinaire) / LaPEA – Université de Paris, où elle coordonne le projet HealthLab. Elle est également enseignante de Méditation de Pleine Conscience (MBSR).

A la croisée des chemins entre la médecine, la psychologie et la philosophie, je suis actuellement en doctorat sur la place de la méditation de pleine conscience dans l’apprentissage de la médecine au laboratoire LaPEA de l’université de Paris. Médecin cancérologue j’ai dans un premier temps abordé le soin à travers une approche expérientielle, humaniste, en lien avec la vie et la fin de vie.  Et puis la transmission des humanités m’est apparue comme un pilier fondamental pour prendre soin de soi, des autres et de la société. Engagée au sein du CRI et de l’université de Paris, nous développons pour les étudiants des apprentissages du care en utilisant une pédagogie réflexive et expérientielle

 

Milagros Chavez est docteure en sciences de l’éducation (PhD. UQAM)

De 1992 à 2013, j’ai exercé comme professeure-chercheuse à l’Universidad de los Andes (Venezuela), dans les domaines de l’enseignement des sciences, de l’épistémologie et de l’éducation à l’environnement. Licenciée en Education en biologie, j’ai ensuite fait une maîtrise en philosophie dans mon université, puis un doctorat en éducation à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Mes recherches portaient sur les diverses approches en didactique des sciences et sur l’éthique de l’environnement en tant que dimension transversale de l’éducation. Actuellement, je m’intéresse à la multidimensionnalité des processus cognitifs et de la vie, et plus spécifiquement, aux dimensions affectives, créatives et transcendantales. La théorie du « care », ou l’éthique de la sollicitude, m’interpelle dans sa vision coopérative et empathique dans le rapport à soi-même, aux autres et à la nature.

 

Marianne Claveau est formatrice pour adultes.

Biologiste de formation, formée en éducation au développement durable, j’accompagne depuis 20 ans des collectifs à prendre soin de leurs relations. Facilitatrice en pleine conscience, écopsychologie et intelligence collective, j’interviens pour contribuer à mettre en oeuvre la transition relationnelle et le changement de cap dont notre monde a aujourd’hui besoin. La vision que je souhaite contribuer à rayonner : Entrer en relation avec soi pour transformer sa relation aux autres et sa relation au monde. J’essaye d’agir en catalyseur pour questionner les représentations, renverser les paradigmes et modifier le regard porté. Je suis exploration vers un être ensemble vibrant qui favorise l’expression des potentiels individuels et collectifs. 
Je collabore à des collectifs de recherche-actions sur ces sujets : Education contemplative et Mindfulness (Mind and Life Europe), Centre européen du développement durable Erasme (Université Clermont Auvergne) et je contribue activement aux initiatives reliant Pleine conscience et éducation ainsi que Pleine conscience et transition écologique. 

 

Pascal Galvani est professeur à l’Université du Québec à Rimouski, coordinateur de la revue Présences, ainsi que de la collection « Écologie et formation » aux éditions l’Harmattan.

Ses recherches portent sur les processus d’autoformation et d’écoformation. Sa thèse était centrée sur le sens de l’autoformation avec l’utilisation du blason pour comprendre sa dimension symbolique (1997). Dans le cadre de son HDR, il a développé une méthode de recherche-formation fondée sur l’exploration phénoménologique et herméneutique des moments formateurs décisifs (kaïros) (2006, 2020). Parmi ses publications : Galvani P., 2020, Autoformation et connaissance de soi, Lyon :Chronique Sociale.; Galvani P., 2006, Pour une phénoménologie herméneutique des moments d’autoformation : une démarche transdisciplinaire de recherche-formation, Université de Tours, Habilitation à Diriger des Recherches ; Galvani P., 1997, Quête de sens et formation : anthropologie du blason et de l’autoformation, Paris : L’Harmattan, 220 pages.; Galvani P., 1991, Autoformation et fonction de formateur : des courants théoriques aux pratiques de formateurs, Lyon : Chronique Sociale, 170 pages.

 

Sylvie Jaffuel est Docteur en Physiologie Végétale et travaille comme chercheuse au CIRAD à Montpellier

Pendant plus de 15 ans j’ai travaillé sur l’Architectures des plantes. Puis retour aux sources en revenant sur des problématiques du fonctionnement physiologique des plantes, de l’organe et depuis 2012 à  l’échelle cellulaire.

Un regard, une curiosité, une passion pour le monde végétal que je cultive depuis très longtemps et dont la connexion est évidente et de plus en plus importante à partager. Et puis dans le monde de la recherche  nous sommes confrontés à notre responsabilité dans les choix de projets, de l’information à transmettre (intégrité scientifique) et dans l’accompagnement des étudiants. Rejoindre le centre d’étude autour du CARE prend tout son sens aujourd’hui dans mes questionnements.

 

Leidy LATORRE est titulaire d’un diplôme de Master en psychanalyse à l’Université Paul Valéry de Montpellier et d’un diplôme de Master en études culturelles à l’Université de Los Andes de Bogota.

Ayant également fait des études en didactique des langues étrangères à l’Université de La Salle, elle poursuit actuellement un Master 2 MEEF « éducation, santé, environnement, citoyenneté » (ESEC) à l’Université de Montpellier. Grâce à son parcours académique et professionnel, elle a pu acquérir des outils théoriques et pratiques dans le domaine de l’apprentissage et de l’enseignement. Depuis son arrivée en France elle a commencé à développer une méthodologie d’évaluation des compétences émotionnelles à l’aide de l’ennéagramme, destinée aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Cet intérêt l’a amenée à faire un mémoire de Master articulant l’ennéagramme et la psychanalyse intitulé : La connaissance du caractère et ses applications dans la psychanalyse : de sujet de l’inconscient vers le sujet de la connaissance de soi-même. Plus récemment, elle souhaiterait positionner sa recherche entre citoyenneté, ennéagramme et curriculum. Dès sa participation au Colloque « Théories et pratiques du care » de 2018, elle s’intéresse à la manière dont le care interroge les pratiques d’enseignement et les processus d’apprentissage.

Marjorie Madeo est Professeur certifiée de Lettres Modernes au Collège/Lycée français de Stockholm (Suède).

Depuis 2005, j’ai enseigné en France, au Burkina Faso, au Liban et en Suède. Je collabore au collectif Enseignants pour la Planète pour partager et créer des ressources en lien avec l’enseignements des crises écologiques, l’accueil des émotions et leur expression en classe ainsi que l’ exploration de nouveaux rapports à la nature, pour les enseignants et les élèves. J’intègre depuis 2007 des pratiques méditatives dans mes classes pour créer une atmosphère propice à l’expression de soi et aux apprentissages. L’émancipation par la découverte de la poésie, l’initiation à la quête de soi pour mieux rencontrer les autres, l’usage de tous les sens pour créer avec son « cerveau poétique » sont au coeur des activités que je construis pour mes élèves.

 

Françoise Morato-Lallemand est Maître de conférences en chimie à la faculté des sciences de l’Université de Montpellier. Elle est également psychanalyste formée dans l’alliance éducative, en communication non violente et en neurosciences au service de l’apprentissage.

Au-delà d’être une courroie de transmission qui délivre un contenu, elle aime pratiquer son métier d’enseignante comme un accompagnement de l’étudiant(e) à accéder à sa propre intelligence. Avec L. Grangette, psycho-praticienne, elle a créée à la faculté des ateliers de théâtre-forum pour associer la dimension corporelle, émotionnelle et intellectuelle. Cette approche multi modale permet de stabiliser la trace mémorielle mais aussi de favoriser la présence à soi et aux autres. Toutes les deux proposent également des formations pour comprendre comment la connaissance des fonctionnements cérébraux permet d’expérimenter des postures nouvelles qui incarnent davantage les valeurs éducatives, l’efficacité pédagogique et le plaisir d’enseigner.

 

Déborah Nourrit est maître de conférences en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives  depuis 2015 à l’Université de Montpellier et elle  fait sa recherche au sein du laboratoire de psychologie Epsylon (Université Paul Valery). 

De 2003 à 2015 elle était à l’université d’Orléans  au laboratoire de Mathématiques appliquées du MAPMO. Ses travaux sont interdisciplinaires  et consistent à étudier les processus dynamiques non-linéaires de l’apprentissage. Ainsi les questions de complexité, de fertilisation croisée des disciplines ainsi que de  leurs méthodes, d’épistémologie et d’apprentissage ont toujours habité son travail de recherche qui s’oriente  actuellement vers la formation à la complexité (de la maternelle à l’université) dans le cadre de la Pédagogie du sens©.

 

Baptiste Quirion est  Psychologue clinicien, spécialité phénoménologie clinique. Il a obtenu un Master 2 « Phénoménologie clinique du sportif » à l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

Originaire de Bretagne, j’ai achevé mon cursus universitaire en psychologie clinique, spécialisé dans la prise en charge des problématiques sportives individuelles, d’équipes et institutionnelles. M’appuyant sur une approche tridimensionnelle (phénoménologie, théories psychanalytiques et sciences cognitives) la démarche clinique que je porte s’attache à l’exploration du savoir faire expérientiel du corps en mouvement ainsi qu’à l’étude des sensations. Cette thématique m’a conduit à l’élaboration d’un travail de recherche sur l’entretien clinique en mouvement expérimenté au travers de l’utilisation de la marche en thérapie. C’est dans cette considération pour l’altérité fondatrice avec le non-humain que j’ai souhaité rejoindre le centre d’étude avec qui je partage un vif intérêt pour la thématique du care pris dans une dynamique systémique. Souhaitant poursuivre mes travaux auprès des sportifs, notamment par mon investissement au Comité Ethique et Sport et un travail de recherche sur l’arrêt de carrière, j’aimerais diversifier ma pratique thérapeutique en créant un éco-lieu permettant un dialogue avec l’espace naturel ainsi que la recherche d’une reconnexion avec les mondes plus qu’humains

 

Charline Schmerber est praticienne en analyse psycho-organique à Montpellier. Elle est l’autrice du site www.solastalgie.fr

Sensible aux phénomènes environnementaux et aux récits d’effondrement systémique de notre civilisation, elle s’est spécialisée sur les souffrances psychiques qui émergent des réalités écologiques actuelles. Elle mène un travail de recherche clinique autour de la solastalgie et de l’éco-anxiété. Son objectif est de pouvoir mieux caractériser ces maux afin de proposer à ses patients un accompagnement pertinent. Elle a réalisé en Octobre 2019 une enquête sur l’éco-anxiété qui a reçu en un mois plus de 1 200 témoignages.
Formée à l’analyse psycho-organique, elle s’intéresse aujourd’hui à l’écopsychologie. Si elle propose un travail en psychothérapie autour des problématiques environnementales dans le cadre de son cabinet, elle s’ouvre aussi à un accompagnement en nature à travers des séances individuelles ou de groupe.

 

Romano Summa est docteur en études italiennes, professeur certifié d’italien, membre de l’équipe de recherche LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds) Université Paul-Valéry-Montpellier 3.

Il est membre du comité de rédaction de la revue électronique Notos, dans laquelle il a publié plusieurs essais sur la question du travail, l’écologie de l’esprit et les nouvelles formes de réalisme littéraire. Il est l’auteur du livre La littérature italienne contemporaine et le monde du travail aujourd’hui (L’Harmattan, 2017) et co-auteur, avec Angela Biancofiore et Sondes Ben Abdallah de l’anthologie sur la littérature italienne contemporaine Soyons le changement (Euromédia/Levant, 2016). Il s’est rapproché de la question du Care notamment dans la littérature d’aujourd’hui, dans l’effort de montrer que la création littéraire peut être un moyen pour bâtir une nouvelle éthique de la terre et des relations humaines.

 

Vittorio Valentino est docteur en études italiennes, Maître Assistant à l’Université de la Manouba (FLAH) à Tunis (Tunisie)

Une fois achevée ma thèse à l’Université Paul-Valery 3 de Montpellier, sur la littérature de la migration en Méditerranée (2013), qui traite de l’urgence de l’expression littéraire du phénomène migratoire, j’ai ressenti le besoin d’étendre mon champs d’intérêts et d’études à toutes les catégories du vivant. Un parcours qui a commencé avec l’adhésion au végétarisme et qui se transforme et s’enrichit quotidiennement avec l’exploration, à travers la littérature, de l’univers non-humain. J’ai publié divers articles dans le but de produire une écriture qui vise à développer la conscience et l’empathie vers les autres espèces vivantes qui, dans cette époque de l’anthropocène, sont complètement et délibérément soumises à l’homme et à son régime alimentaire et industriel. Notre relation au monde doit changer, en commençant par l’éducation des plus jeunes et la prise en charge de toutes les catégories les plus faibles parmi les vivants.   

 

Annette Vernazobres est professeure de Lettres Modernes et doctorante au sein du Centre des Sciences des Littératures en langue française, CSLF, Université Paris Nanterre.

Depuis septembre 2019, je prépare une thèse sur « Le « paysage-medium » et l’allégorie dans Les Mélancolies de Jean Dupin », et m’intéresse particulièrement au traitement de l’espace et à sa complexité dans une œuvre méconnue du Moyen-Âge – Les Mélancolies – (1324-1340). En tant que professeure dans le secondaire, l’enseignement à l’environnement me paraissait essentiel et les nouveaux programmes (2019) nous y invitaient. L’établissement scolaire m’apparaît comme un lieu privilégié pour libérer la parole des élèves, exprimer sa relation à l’autre et au monde, partager ses ressentis. J’essaie d’intégrer au sein de mon enseignement une éco-narration à la fois orale et écrite à travers, d’une part, la lecture et l’étude de textes et, d’autre part, des ateliers de pratique théâtrale et d’écriture qui rythment l’année scolaire et fédèrent la classe autour d’un projet commun leur permettant d’exprimer leurs émotions face, notamment, à la pandémie qu’ils vivent et subissent, mais aussi face aux questions environnementales qu’ils se posent.      

Jean-Charles Walter est chercheur en biophysique théorique au CNRS à Montpellier depuis 2017.

Après avoir obtenu un doctorat en physique théorique en 2009 à Nancy, il réalise deux postdocs à Leuven, puis à Leiden où il se tourne vers la description de systèmes biologiques in vitro comme, par exemple, la description des propriétés physiques de l’ADN. En arrivant à Montpellier, il collabore avec des biologistes  et commence à modéliser des processus cellulaires in vivo, notamment la ségrégation du génome bactérien et la traduction de l’ARN messager par les ribosomes dans les cellules humaines. Son intérêt pour la compréhension des processus émotionnels le mène récemment à s’intéresser aux neurosciences et aux pratiques du CARE.