Présentation Séminaire Care 2019-2021

Séminaire annuel

« Théories et pratiques du Care: une éthique en action »

équipes LLACS-RéSO / LIRDEF

Ce séminaire annuel entend prolonger et développer la réflexion initiée par la rencontre entre des chercheurs, des étudiants et des professionnels du care lors du colloque international Théories et pratiques du care (22 et 23 novembre 2018, Université Paul-Valéry et Université de Montpellier, équipes LLACS et LIRDEF). Un colloque qui a permis de questionner la pertinence des concepts émergents au sein des philosophies du care – l’interdépendance, la vulnérabilité, la fragilité, l’attention à soi, aux autres et aux écosystèmes – au regard de différentes pratiques engagées dans un souci du monde (art, enseignement, santé, travail social, aménagement).

Les enjeux soulevés par les échanges et communications des participants au colloque nous incitent à prolonger le choix d’une perspective transdisciplinaire (littérature, cinéma, psychologie, écologie, géographie, sciences de l’éducation) pour essayer de comprendre le sens présent au cœur des gestes et des savoirs du care. Ce choix a en effet suscité un dialogue qui nous semble nécessaire entre des apports théoriques appartenant à des champs différents et capables de s’enrichir. En suivant cette perspective, le séminaire « Théories et pratiques du Care : une éthique en action » propose, pour les années 2019-2021, de poursuivre le travail entrepris à partir de deux axes réflexifs :

Axe 1. Care, littérature et arts: des expériences narratives pour transformer nos relations

Axe 2. Care, environnement et éducation : des humanités environnementales à visée transformative

☯︎

Axe 1. Care, littérature et arts: des expériences narratives pour transformer nos relations

L’étude de la littérature et des arts du point de vue d’une éthique du care transforme radicalement notre regard, l’attitude des chercheurs, mais aussi celle d’un vaste public (étudiants, associations, citoyens). En effet, la création artistique et littéraire est appelée à devenir une expérience transformative : l’espace de la métamorphose de l’esprit (du lecteur et du créateur). C’est pourquoi on peut parler aujourd’hui d’une littérature du care lorsque l’écrivain s’engage dans un processus d’élaboration d’un vécu traumatique en forgeant une autre représentation du réel et donc une autre narration de soi et du monde. Pour fonder ce nouveau paradigme dans la théorie esthétique, nous nous inscrivons dans le cadre des recherches actuelles inspirées par la théorie de l’énactivisme en littérature et dans les sciences humaines en général (cf. Francisco Varela, Mark Rowland, Marco Caracciolo, David Herman, Alexia Weik von Mossner, voir précisément David Herman, Storytelling and the Science of Mind, MIT, 2013 et Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit, Presses universitaires du Septentrion, 2018).

Une littérature de la résilience est capable de mettre à juste distance le vécu pour en faire quelque chose de nouveau. Les écrivains, les artistes « poétisent » en quelque sorte le monde du lecteur, arrivant ainsi à avoir un impact sur le fonctionnement de l’esprit à travers la création.  La poétique cognitive et les neurosciences contribuent désormais activement aux recherches de la critique littéraire car il est aujourd’hui possible d’observer en temps réel différents types de comportement liés à une expérience narrative, entre autres l’activité cérébrale durant la lecture.

Le débat scientifique proposé dans l’espace de ce séminaire est conçu comme une expérience collective qui touche l’écologie du langage ainsi qu’une écologie des sens : le langage verbal, au lieu de nous éloigner du monde non humain, peut nous rapprocher de l’expérience sensible dans une époque où la dimension omniprésente du virtuel risque de nous couper de notre propre expérience du monde. Les chercheurs, les artistes et les écrivains qui interviennent dans le cadre de notre séminaire participent ainsi à la construction d’un dialogue nécessaire entre humain et non humain afin de changer notre regard sur le monde animal, végétal et minéral souvent considéré un simple gisement de matériaux.

Les études littéraires et artistiques – en étroite synergie avec les sciences humaines et sociales – peuvent alors jouer un rôle actif de transformation de la société et de l’environnement lorsqu’elles s’engagent dans l’exploration des problématiques vitales pour notre temps :

– reconnaître les relations d’interdépendance constitutives de tout être vivant qui implique une écologie aussi bien sociale et environnementale qu’intérieure.

– analyser les formes de coopération entre les êtres sensibles, les différentes cultures, entre l’humain et le non humain.

– penser la création artistique comme un espace de ré-enchantement du monde, un mouvement qui initie une nouvelle expérience du monde à travers la construction d’une autre forme de narration individuelle et collective non plus fondée sur la compétition, mais sur l’entraide.

– Développer léducation à l’attention, à la coopération, et à la non-violence

☯︎

Axe 2. Care, environnement et éducation : des humanités environnementales à visée transformative

Les théories et pratiques développées autour de la notion de care constituent une voie qui nous semble féconde pour enrichir le travail de redéfinition des rapports entre humains et non humains entrepris au sein du champ des humanités environnementales depuis une dizaine d’année (entre autres : Jean Tronto, Ynestra King, Sandra Laugier, Michel Lussault). Un travail qui vise non seulement à comprendre nos usages du monde, mais aussi à renforcer et élargir nos possibilités d’habiter la Terre. Les humanités environnementales ont en effet ouvert un champ transdisciplinaire qui dépasse le simple constat analytique pour envisager les conditions permettant de transformer nos relations à l’environnement que ce soit au niveau affectif, cognitif ou pragmatique.

Parmi ces conditions, un nombre important de travaux scientifiques – réalisés aussi bien en géographie, en anthropologie, en philosophie qu’en sciences de l’éducation – insistent sur la nécessité de reconsidérer l’expérience des habitants, leurs savoirs et leurs modes de perception, plutôt que de tenter d’objectiver les dysfonctionnements entre sociétés et environnement et de proposer des modèles d’action normatifs. Le choix d’une science à la première personne – assumant le caractère fondamentalement « située » de toute expérience, de tout savoir et de tout apprentissage – met à jour la pertinence d’une écologie sensible, attentive à notre expérience corporelle et consciente, pour tenter de comprendre les ressorts de l’action, notamment la manière dont nos actions sont guidées par nos perceptions (enaction).

Les théories et pratiques du care valorisent justement les gestes et les savoirs permettant de prêter attention à ce qui est présent au sein de notre expérience. Elles mettent en exergue l’importance du souci des réalités ordinaires ou des liens faibles pour faire sortir de l’indifférence les « invisibles » de notre expérience et reconnaître le tissu des êtres et des phénomènes soutenant la vie. Elles sont aussi porteuses d’une capacité d’écoute et de considération d’un plus grand nombre d’êtres, de ceux qui n’ont pas de pouvoir particulier mais entendent simplement habiter la Terre, dans toutes les dimensions de l’expérience géographique.

Dans cette perspective, l’espace ouvert par ce séminaire vise à explorer les conditions nécessaires à l’émergence d’une éthique de la Terrequi soit avant tout une éthique en action. L’intention de ce séminaire est de s’engager dans la définition d’une voie médiane, capable de prendre soin du milieu dans lequel chacun d’entre nous évolue (éthique de l’attention) tout en préservant les conditions indispensables pour habiter la Terre (éthique globale). Et l’engagement au sein d’une telle voie concerne des dimensions multiples :

L’aménagement des territoires aussi bien urbains que ruraux, en essayant de mettre à jour les conditions pour qu’une action s’inscrive véritablement dans un milieu habité, prenant soin à la fois des êtres humains et non humains.

 – La géographie sensible et phénoménologique qui consiste à trouver des méthodes pour rendre compte de notre expérience géographique, des relations d’interdépendance constitutives du milieu habité (échelle locale) et de l’écoumène (échelle globale).

L’éducation au paysage et aux territorialités, qui implique aussi bien une éducation au regard, au pouvoir d’agir, à la pensée complexe qu’une exploration de nos intentions et de nos modes de perception. Il s’agit notamment de dépasser les seuls gestes et savoirs visant à réparer le monde extérieur pour questionner nos rapports affectifs et cognitifs à l’environnement.

Le séminaire se compose de journées ouvertes à tous qui s’inscrivent soit à l’interface des deux axes, soit plus précisément dans un des axes. Il comporte également des journées de séminaire plus informelles afin de renforcer la dynamique locale d’un groupe de chercheurs et de praticiens montpelliérains engagés autour des « théories et pratiques du Care ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.