Bibliographies Care

Les références bibliographiques ici citées ne visent pas l’exhausivité, pas plus qu’elles entendent englober l’ensemble des travaux de recherche ayant un lien plus ou moins strict aux théories et pratiques du care. Notre intention est plutôt d’effectuer une promenade bibliographique à la rencontre d’un certain nombred’ouvrages et d’articles qui ont émergé comme des évidences communes ou comme des exceptions significatives lors des échanges et partages réflexifs que nous avons pu éprouvé ensemble depuis le colloque de novembre 2018. Toute suggestion est toutefois bienvenue (nous contacter par mail: tepcare@gmail.com)

Care et humanités environnementales

Les humanités environnementales ont ouvert un champ transdisciplinaire qui entend comprendre nos usages du monde mais aussi renforcer et élargir nos possibilités d’habiter la Terre. En ce sens, ce nouveau champ d’étude dépasse le simple constat analytique d’une science à la 3e personne pour envisager les conditions permettant de transformer nos relations aux mondes humains et non humains que ce soit au niveau affectif, cognitif ou pragmatique.

Pour une vision assez globale de ce que recouvre le champ des humanités environnementales, on pourra consulter:

Blanc Guillaume, Demeulenaere Elise, Feuerhahn Wolf (dir.), 2017, Humanités environnementales : enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Presses de la Sorbonne.

Choné, Aurélie, Hajek isabelle, Hamman Philippe (dir.), 2016, Guide des Humanités Environnementales. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Pour ceux qui se demanderaient quels seraient les liens entre éthiques du care et humanités environnementales, on recommandera la lecture de deux articles de Sandra Laugier très éclairants en ce sens:

Laugier Sandra, 2013, « Care, environnement et vulnérabilité », dans Burgat F., Nurock V. (dir.), Le multinaturalisme : mélanges à Catherine Larrère, Marseille, WildProject.

Laugier Sandra, 2015, « Care, environnement et éthique globale », Cahiers du genre, n°59.

Plus généralement, les travaux gravitant autour de l’écopsychologie nous semble particulièrement pertinents dans cette perspective, notamment les ouvrages références suivants:

Egger Michel Maxime, 2015, Soigner l’esprit, guérir la Terre: introduction à l’écopsychologie, Genève, Labor & Fides.

Roszak Theodore, Gomes Mary E. , Kanner Allen D., 1995, Ecopsychology: Restoring the Earth, Healing the Mind. San Francisco, Sierra Club Books.

On pourra approfondir ces travaux notamment en lisant:

Egger Michel Maxime, 2012, La Terre comme soi -même, Genève, Labor & Fides.

Fisher Andy, 2002, Radical ecopsychology, Albany, SUNY Press.

Macy Joanna et Johnstone Chris, 2018, L’espérance en mouvement, Genève, Labor & Fides.

Macy Joanna, Young Brown Molly, 2008, Ecopsychologie pratique et rituels pour la Terre, Gap, Le Souffle d’Or.

Macy Joanna, 1991, World as lover, world as self, Berkeley, Parallax Press.

Merdith Sabini (éd.), 2016, The earth has a soul : Jung on nature, technology and modern life, Berkeley, North Atlantic books.

Roszak Theodore, 1992, The voice of the earth: an exploration of ecopsychology, Grand Rapids, Phanes Press.

Shepard Paul, 2013, Nous n’avons qu’une seule Terre, Paris, Editions Corti.

On n’oubliera pas l’oeuvre majeure de l’anthropologue américain David Abram, auquel nous avons consacré une journée du séminaire Care (3 mars 2020):

Abram David, 2011, Becoming animal : an earthly cosmology, New York, Vintage Books.

Abram David, 2013 (1996), Comment la Terre s’est tue ? Pour une écologie des sens. Paris : La Découverte / Les empêcheurs de penser en rond.

Ces travaux regroupés autour de l’écopsychologie trouvent plus globalement des échos chez un certains nombres de chercheurs ayant tenté d’élargir l’idée d’écologie en mettant en évidence le nécessaire dialogue entre une écologie extérieure (de l’environnement ou des milieux) et intérieure (du soi ou de l’esprit) pour transformer nos manières d’agir et de percevoir au sein du monde. Parmi ces penseurs fondateurs, on citera notamment les ouvrages (en français) suivants :

Bateson Grégory, 1977, Vers une écologie de l’esprit, tome 1, Paris : Seuil; vers une écologie de l’esprit, tome 2, Paris, Seuil, 1980.

Bateson Gregory, 1996, Une unité sacrée: quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit, Paris : Seuil.

Callicott Baird John, 2010 (1985-2001), Ethique de la Terre, Marseille, Wildproject.

Guattari Félix, 1989, Les trois écologies, Paris, Galilée. 

Naess Arn, 2017, Une écosophie pour la vie: introduction à l’écologie profonde, Paris, Seuil.

Naess Arn, 2017, La réalisation de soi, Marseille, Wildproject.

Snyder Gary, 2018 (1972-2002), Le sens des lieux: éthique, esthétique et bassins-versants, Marseille, Wildproject.

Des travaux qui ont été prolongés et enrichis plus récemment par de nombreuses références notamment dans le champ philosophique:

Afeissa Hicham-Sébastien (dir.), 2009, Ecosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie, Paris, éditions MF.

Beau Rémi, Larrère Catherine (dir.), 2018, Penser l’anthropocène, Paris :Presses de Science Po.

Biancofiore Angela, « Ethique de la terre et appropriation du vivant », Notos 3/2015, http://www.revue-notos.net/?page_id=808

Bonneuil Christophe, Fressoz Jean-Baptiste, 2013, L’événement Anthropocène: la Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil.

Bourg Dominique, Hess Gérald (dir.), 2016, Science, conscience et environnement : penser le monde complexe, Paris : PUF / Université de Lausanne.

Citton Yves, Rasmi Jacopo, 2020, Générations collapsonautes: naviguer par temps d’effondrements, Paris, Seuil.

Hess Gérald, 2013, Ethiques de la Nature, Paris, PUF.

Larrère Catherine et Raphaël, 1997, Du bon usage de la nature : pour une philosophie de l’environnement, Paris : Flammarion.

Laugier Sandra (dir.), 2012, Tous vulnérables ? Le care, les animaux et l’environnement. Paris, Payot & Rivages.

Paquot Thierry, 2007, Petit manifeste pour une écologie existentielle, Paris, Bourin éd.

On citera dans la même perspective les travaux ayant fait émergé une anthropologie de la Nature:

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Escobar Arturo, 2018, Sentir-penser avec la terre, Paris, Seuil.

Ingold Tim, 2000, The perception of the environment: essays on livelihood, dwelling and skill, Londres/New York, Routledge.

Ingold Tim, 2012, “Culture, nature et environnement”, Tracés, Revues de Sciences humaines [en ligne], 22, URL: http://traces.revues.org/5470

Rose Deborah Bird, 2020, Vers des humanités écologiques, Marseille, Wildproject.

Sans oublier l’apport des recherches autour de l’écoféminisme:

Hache Emilie (dir.), 2016, Reclaim: recueil de textes écoféministes, Paris, Cambourakis.

King Ynestra, 1989, « Healing the wounds: Feminism, ecology, and nature/culture dualism » in Alison M. Jaggar & Susan Bordo (eds.), Gender/Body/Knowledge: Feminist Reconstructions of Being and Knowing, Rutgers University Press, p. 115-141.

Merchant Carolyn, 1996, Earthcare. Women and the Environment. New York, Routledge.

Dans les domaines littéraires de l’écocritique et de l’écopoétique, on citera notamment:

BEN ABDALLAH, Sondes, BIANCOFIORE, Angela, SUMMA, Romano, 2016, Soyons le changement; nouvelles tendances dans la littérature italienne contemporaine, Montpellier, Levant&Euromédia, .

Buell Laurence, 2005, The Future of Environmental Criticism : Environmental Crisis and Literary Imagination Malden, Blackwell Publishing.

Garrard, Greg (ed.), 2014, The Oxford Handbook of Ecocriticism, Oxford, Oxford University Press.

Goodbody Axel & Rigby Rachel (eds.), 2011, Ecocritical Theory: New European Approaches (Under the Sign of Nature), University of Virginia Press.

Huggan Graham, Tiffin Helen (eds.), 2010, Postcolonial Ecocriticism: Literature, Animals, Environment. New York/Londres, Routledge.

Iovino Serenella, 2006, Ecologia letteraria, Milan, Ambiente.

Kohn Eduardo, 2013, How Forests Think: Toward an Anthropology beyond the Human, University of California Press.

Schoentjes Pierre , 2016, Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique, Marseille, Wildproject.

Suberchicot Alain, 2012, Littérature et environnement: Pour une écocritique comparée, Paris, Honoré Champion.

Ursula Heise, 2013, Sense of Place and Sense of Planet : The Environmental Imagination of the Global, Oxford ; New York : Oxford University Press.

En géographie/aménagement, quelques auteurs permettent également d’envisager une attention et un soin porté à différentes échelles, des lieux, paysages et milieux habités (échelle locale) au monde et à la planète (échelle globale):

Barniaudy Clément, 2016, Habiter au gré des vents en Méditerranée nord-occidentale, Thèse de doctorat en Géographie/aménagement, Université Paul Valéry de Montpellier, en ligne: https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02293838/document

Barniaudy Clément, 2018, Aménager au gré des vents: la géographie au service de l’action, Paris, Anthropos/Economica.

Besse Jean-Marc, 2000, Voir la Terre : six essais sur le paysage et la géographie, Arles, Actes Sud / ENSP.

Berque Augustin, 2009, « Les fondements terrestres de l’existence humaine : la perspective écouménale », dans Afeissa H.-S. (dir.), Ecosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie, Paris, éditions MF, p. 35-53.

Berque Augustin, 2013, « Sur la Terre : les fondements terrestres de l’éthique humaine » dans Burgat F., Nurock V. (dir.), Le multinaturalisme : mélanges à Catherine Larrère, Marseille, WildProject.

Dardel Eric, 2014, Ecrits d’un monde entier, Genève : Héros-Limite.

Lussault Michel, 2018, « Porter attention aux espaces de vie anthropocènes : vers une théorie du spatial care, dans Beau Rémi, Larrère Catherine (dir.), Penser l’anthropocène, Paris :Presses de Science Po.

Magnaghi Alberto, 2017, La conscience du lieu, Paris, Eterotopia.

Paquot Thierry, 2005, Demeure terrestre : Enquête vagabonde sur l’habiter, Paris, Les éditions de l’imprimeur.

Paquot Thierry, Lussault Michel, Younès Chris (dir.), 2007, Habiter : le propre de l’humain, Paris, La Découverte.

Soubeyran Olivier, 2014, Pensée aménagiste et improvisation : l’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste, Paris, éditions des Archives Contemporaines

Tollis Claire, 2010, « Ethique, espace, action : un triptyque à activer », Géographie et cultures, 74, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 29 juin 2016. URL : http://gc.revues.org/1772

Enfin, on peut également citer un certain nombre de références, peut-être davantage situé du côté d’une écologie sociale, mais nous aider à questionner avec pertinence nos relations à nous-mêmes et aux mondes non humains:

Arnsperger Christian, 2009, Ethique de l’existence post capitaliste, Paris, Ed. du Cerf.

Arnsperger Christian, Bourg Dominique, 2017, Ecologie intégrale : pour une société permacirculaire, Paris, PUF.

Beck, Ulrich, 2001, La société du risque, sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Benasayag Miguel, 2006, Connaître est agir : paysages et situations, Paris, La Découverte.

Bookshin Murray, 2020, L’écologie sociale: penser la liberté au-delà de l’humain, Marseille, Wildproject.

Chabot Pascal, 2013, Global burn out, Paris, PUF.

Dardot Pierre, Laval Christian, Commun: essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte.

llich Ivan, 2003-2005, Œuvres complètes, vol. 1 et 2, Paris, Fayard.

Sale Kirkpatrick, 2020, L’art d’habiter la Terre: la vision biorégionale, Marseille, Wild project.

Sale Kirkpatrick, 1982, Human Scale, New York, Putman.

Schumacher Ernst Friedrich, 1978, Small is beautiful: une société à la mesure de l’homme, Paris, Contretemps / Le Seuil.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.